CR CSS STYROLUTION du 20/03/2018

STYROLUTION (Wingles)

jeudi 29 mars 2018

Bilan environnemental de l’établissement INEOS STYROLUTION à Wingles pour l’année 2017

Présentation du diaporama par M. BRES.

Diapositive 2 : Rappel de l’ordre du jour.

  • Risques technologiques

Diapositive 3-13 : système de gestion de la sécurité

Monsieur AGBOLO rappelle que le site a été classé SEVESO « Seuil Haut » en 2005 suite aux quantités de pentane stockées sur le site. Le site INEOS STYROLUTION a renouvelé 30% de son personnel depuis 2011 notamment pour remplacer les départs en retraite (10 à 12 par an). Cela représente un total de 60 nouvelles personnes embauchées sur un effectif de 180 qu’il faut également accompagner par des plans de formation.

Le site a recours à environ 40 sous-traitants principalement dans le domaine de la logistique (15 personnes s’occupent du chargement/déchargement des camions avec chariots) et de l’entretien (20 personnes) sans compter les équipes de gardiennage.

Les formations suivantes ont été dispensées sur le site :

  • Principes SHE du groupe INEOS (7 personnes)
  • Permis d’intervention, permis de feu (9 personnes)
  • Habilitation électrique et H0B0 (51 personnes)
  • ADR – formation au transport de matières dangereuses (26 personnes)
  • Enveloppes opératoires (formation au respect du process de fonctionnement). Cela concerne en particuliers le personnel chargé des opérations de supervision du process de fabrication (13 personnes)
  • Situations dégradées des procédés : cela concerne 25 personnes formées aux techniques permettant de contrôler les paramètres à contrôler lorsque l’on sort des enveloppes opératoires (en cas de dérive de température ou de pression par exemple)
  • Formation interne de 2 nouveaux chefs d’équipe d’intervention (CEI)
  • Formation au CNPP de 7 équipiers de 2nde intervention et d’un chef d’équipe d’intervention
  • Conduite du camion incendie du site (9 personnes)
  • Formation de 5 équipiers d’astreinte POI
  • Visite du CTA (Centre Traitement Alerte) de St Laurent Blangy par 11 équipiers d’astreinte POI

Diapositive 5 :

Concernant l’identification et évaluation des risques d’accidents majeurs Monsieur AGBOLO explique que l’établissement poursuit le programme d’analyse des risques et des procédés par la méthode HAZOP et notamment :

  • Les études HAZOP réalisées sur les projets/modifications à caractère “process” :
  •  
    • Atelier de polystyrène compact (CMP) : Remplacement de la chaudière Therminol
    • Atelier de polystyrène expansible (EPS) : Azote sur nouvelle essoreuse
  • Poursuite du programme de re-HAZOP des installations existantes :
  •  
    • Préparation et stockage de la solution de caoutchouc (CMP)
    • Dépotage et stockage de l’éthylbenzène (CMP)
    • Dépotage et stockage du pentane (Logistique)

Diapositive 6 :

En ce qui concerne la maîtrise des procédés et la maîtrise d’exploitation il y a eu rénovation des stockages de liquides inflammables (arrêtés des 3 et 4 octobre 2010 modifiés). Monsieur AGBOLO précise que les cuves de styrène et de Pentane ont été mises en service dans les années 70 et que les autres cuves datent des années 1980.

Monsieur LECLUSE précise que la DREAL mène des plans de contrôles réglementaires stricts du vieillissement des installations afin de maintenir la conformité dans le temps des installations existantes.

Conformément à l’arrêté ministériel des 3 et 4 octobre 2010, Styrolution a revu son plan de modernisation des installations industrielles dans le cadre de la prévention des risques liés au vieillissement des installations de stockages de liquides inflammables.

Cela concerne :

  • Les cuves de stockage de styrène, pentane, toluène, éthylbenzène
  • Les tuyauteries de distribution de pentane, de gaz naturel
  • Les racks de supportage des tuyauteries

Diapositive 7 : gestion des modifications 

Concernant cette partie M.BRES explique qu’il n’y a pas eu de modification technique notable ou substantielle, ni de nouvelle substance introduite.

  • Modifications d’organisation avec impact sur le SGS
    • Pour l’atelier de polystyrène compact (CMP), nomination d’un nouveau responsable de production, nomination de 2 nouveaux chefs d’équipe
    • Mise en place des plans de formation appropriés
  • Modifications administratives/réglementaires
  •  
    • Prise acte par la préfecture du transfert des activités de production de polystyrène expansible de INEOS Styrenics à Synthos Wingles.

Monsieur AGBOLO précise que seul INEOS STYROLUTION reste l’exploitant (au sens ICPE) de l’ensemble du site. La société Synthos est propriétaire de l’unité polystyrène expansible et emploie 30 anciens salariés d’INEOS STYROLUTION.

Diapositive 8-9 : Gestion des situations d’urgence

M.BRES annonce qu’un exercice de gestion de crise (Plan d’Opération Interne (POI) évoluant en Plan Particulier d’Intervention (PPI) a été réalisé le 6 septembre 2017 sur la base d’un scénario de fuite enflammée de pentane avec blessés dans l’entreprise voisine

Retour d’expérience de l’exercice POI/PPI (risque incendie)

Cela permet de tester les interactions avec la commune et la population. Manque d’entente de la sirène.

Points positifs

Délais d’intervention du SDIS en bonne adéquation avec la cinétique du sinistre

Les binômes au PC exploitant composés des fonctions « Anticipation », « transmission », « moyens actions », « commandant des opérations internes », « directeur des opérations internes » et les « officiers du SDIS » ont bien fonctionné

Les messages d’alerte POI et PPI transmis vers le (Centre Traitement Alerte) et la préfecture ont été clairs pour les interlocuteurs

Quelques pistes d’amélioration

Equipe d’intervention sur le site

- Interférence du Canal radio SAMU avec notre canal 1 uniquement sur la zone terrain / cantine mais pas au PC usine

- Accueil terrain de la 1ère colonne de pompier. Difficulté d’orientation sur le site malgré le plan pour se diriger vers le lieu du sinistre. Nécessité de guidage.

Au PC Exploitant

Problème de communication par des acronymes liés au jargon du site

Au PCO (qui se tenait en mairie de Wingles et où Monsieur BRES était présent)

- Pour le soutien technique, prévoir deux personnes du site au lieu d’une seule personne (Directeur du site)

Le retour d’expérience montre que le directeur peut être sollicité à tout moment pour recevoir des journalistes par exemple.

Diapositive 10 : Surveillance des performances

Suivi mensuel et communication interne du site :

Travail sur la base pour éviter d’avoir des problèmes sur le haut de la pyramide

Diapositives 11-12 : Audits et revues de direction

La DREAL a procédé à une inspection approfondie du site le 09/08/2017 sur la thématique de la « protection contre la foudre ». Aucune non-conformité n’a été relevée.

La DREAL a procédé à une inspection renforcée du site le 28/09/2017 sur la thématique « maîtrise des procédés / maîtrise d’exploitation pour l’atelier EPS ». Aucune non-conformité n’a été relevée. La DREAL a émis 6 observations sur :

  •  
    • la formalisation du partage de responsabilités entre Synthos et Ineos Styrolution
    • la gestion documentaire (formalisation, documents intégrés au SGS)
    • l’objet des procédures d’urgence EPS (caractère réversible ou non)
    • la nécessité de test des actions humaines des MMR ( Moyens de maîtrise des risques)
    • la nécessité de curer la fosse d’urgence EPS

Le site a fait un audit interne « risque technologique » sur la thématique « formation » au niveau du secteur production (dans sa globalité) le 11/04/2017.

Remarque :

  • La liste des procédures opératoires liées au SGS doit être clairement définie en distinguant les situations réversibles et celles qui conduisent à des mesures d’urgence. Elles doivent mentionner les risques associés (accidents majeurs de l’Etude de Danger)
  • La formation à ces procédures opératoires doit faire l’objet d’exercices périodiques et d’un recyclage périodique systématique et enregistré.
  • Les actions liées à la formation dans un processus « site » doivent être décrites

Diapositives 13 :

Monsieur AGBOLO indique qu’aucun accident/incident n’est à signaler sur le site en 2017

Diapositives 14-15 :

Monsieur AGBOLO indique que le montant total des investissements pour l’année 2017 est de 700K€ dans le domaine de la prévention.

Le programme de prévention 2017 a porté sur les points suivants :

  • Amélioration des stockages de liquides inflammables (arrêté du 3 octobre 2010) et Plan de modernisation des installations industrielles (arrêté du 4 octobre 2010) :
    • Protection anti-corrosion de réservoirs, tuyauteries et racks
    • Anti-marche à sec de pompes d’hydrocarbures (contrôle du débit nul et arrêt de la pompe)
  • Remplacement d’équipements de protection incendie, installation de protection feu de la pompe diesel d’eau incendie
  • Protection anti-corrosion de la cuve de stockage d’eau incendie
  • Remplacement de la cuve de stockage d’acide chlorhydrique
  • Remplacement de flexibles hydrocarbures dans les unités de production
  • Remplacement d’instrumentation de contrôle de procédé (capteurs, vannes)
  • Ajout de mesures de niveau et température sur des capacités d’hydrocarbures (recommandations d’études de risques Hazop)
  • Fiabilisation de la distribution électrique (onduleurs sur armoires critiques)
  • Achat du logiciel LINSPEC de planification et suivi des inspections réglementaires
  • Risques chroniques

Diapositive 17 :

Concernant l’autosurveillance des rejets aqueux du site prescrite par arrêté préfectoral (MES, DBO5, DCO et Phosphore), les résultats sont satisfaisants et dans les limites de l’AP.

Cependant, 9 dépassements journaliers en MES (concentration et flux) ont été enregistrés et transmis via l’outil de suivi des données d’autosurveillance « GIDAF ». Ils correspondent aux périodes où la pluviométrie est importante (pluies d’orage).

Monsieur LECLUSE précise que les dépassements ne peuvent survenir plus de 10 % du temps et ne doivent pas représenter plus du double de la valeur limite autorisée dans l’arrêté préfectoral. Sinon des dispositions sont engagées vis à vis de l’exploitant pour revenir à la normale.

Diapositive 19 : Le site fait également l’objet de recherche de substances dangereuses conformément à la circulaire du 5 janvier 2009 en particulier pour le suivi de la concentration et du flux du Zinc et de Nonyl phénols.

Monsieur LECLUSE précise que certains produits stockés sur le site peuvent générer des substances dangereuses et se retrouver dans les rejets aqueux. C’est la raison pour laquelle on maintient la surveillance, en fonction des flux, de certaines substances dangereuses. C’est le cas pour le Zinc et le Nonyl phénols.

Madame CASTELAIN demande si la DREAL a fait un compte-rendu des nombreuses recherches de substances dangereuses dans l’eau (RSDE) menées sur le territoire ’

Monsieur LECLUSE indique que les études RSDE menées en collaboration avec l’INERIS ont démarré depuis plusieurs années maintenant. En fonction des résultats des études et suivant une méthodologie nationale, des plans d’action pour éviter ou réduire à la source le rejets de ces substances dangereuses ont été conduits.

Monsieur LECLUSE émet l’idée de demander au Service Risques de la DREAL de faire un bilan territorial des études RSDE à présenter dans le cadre d’une commission au S3PI de l’Artois.

M.RAFFY approuve d’autant que certaines associations fustigent la présence croissante de certaines substances dangereuses dans l’eau (nanoparticules, molécules recombinées qui provoquent un effet cocktail…).

Diapositive 20 :

Les conclusions du diagnostic Suivi régulier des rejets (SRR) 2017 sont positifs : Tauw France renouvelle sa confiance dans le dispositif SRR en place sur le site et émet un avis favorable quant au maintien de l’agrément du dispositif SRR accordé au site depuis l’année 2010.

Concernant la qualité des eaux souterraines, le suivi de la qualité est conforme aux prescriptions de l’AP 2010-I-14, et les résultats sont satisfaisants (rapport BURGEAP).

Diapositive 21-22-23 : Concernant les rejets atmosphériques, les rejets en Pentane sont de 119 tonnes pour une exigence de 200 T maximum.

En ce qui concerne les rejets de COV (Composés Organiques Volatiles) pour l’atelier de fabrication de polystyrène expansible, le résultat du bilan est de 0.26 kg/t de produit fini pour un seuil réglementaire fixé à 0,7 kg/t de produit fini.

Les rejets diffus du site sont de 13.26 tonnes pour une limite à 37 tonnes par an.

Les rejets de COV provenant du CMP sont de 4,41 t pour une limite à 18 t par an

Les émissions de COV liées au stockage EPS sont de 68,72 tonnes (fiabilisation de la récupération des évents réacteurs).

Les émissions totales de COV exprimées en carbone total sont de 105,9 tonnes.

La chaudière de 3,26 MW, installée en 1988, a été remplacée, fin 2017, par une nouvelle chaudière de même capacité et qui respectent non seulement les prescriptions de l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploiter mais aussi celles de l’arrêté ministériel du 26 août 2013 (en particulier pour les NOX).

La 2ème chaudière de 2,9 MW située au même endroit, a rejeté dans l’air 71 mg/nm3 au lieu de 50 mg/nm3 en utilisant le monomère dégradé comme combustible. Il est prévu d’utiliser uniquement du gaz en attendant l’expertise prévue pendant les prochains travaux d’arrêt.

Diapositive 23 :

Concernant la production des déchets, l’objectif de réduction de 5 % a été atteint.

La production des boues a diminué par rapport à 2016 et 2015.

On constate une légère diminution des déchets dangereux par rapport à 2016.

Diapositive 24 :

On constate une légère augmentation du ratio énergie/tonne produite en 2016 par rapport à 2015. Cela s’explique par des arrêts et des redémarrages inhabituels (problèmes de qualité).

Échanges avec la salle

Monsieur FIRRINGERI prend la parole et rappelle la mise en place et les objectifs de la campagne d’information des populations lancée le 23 novembre 2017 en Préfecture du Pas-de-Calais.

Le S3PI-Artois rappelle que des documents d’information des populations ont été mis à disposition, le 22/11/2017, dans la commune de Wingles concernée par un PPI afin qu’ils soient distribués aux résidents susceptibles d’être affectés par une situation d’urgence. Au total, 1820 guides de prévention et d’information, magnets et 5 affiches ont été livrés à la commune de Wingles concernée par le risque industriel. L’objectif est que l’industriel puisse répondre aux prescriptions réglementaires de l’article R 741-30 du Code de la Sécurité intérieure et notamment d’informer la population située à proximité d’une zone à risques industriels dite zone PPI. En cas d’accident industriel majeur, des plans de secours sont déclenchés par l’établissement industriel (Plan d’Organisation Interne ou POI) qui alerte les autorités compétentes. Les sirènes de la structure donnent l’alerte. Le Préfet décide, le cas échéant, de mettre en place le Plan Particulier d’Intervention de façon à mobiliser les équipes de secours (sapeurs-pompiers, Gendarmes, Police, SAMU…) et les mesures d’intervention. Les médias relayent l’avancée des événements. La population doit connaître l’existence et la nature du risque, ses conséquences prévisibles pour les personnes, les biens et l’environnement, les mesures prévues pour alerter, protéger et secourir et les consignes à respecter en cas d’urgence.

L’ensemble des documents d’information sont disponibles et téléchargeables sur le site www.faceauxrisques.fr.

En plus des obligations d’information réglementaires (renouvelées au moins tous les 5 ans), le S3PI de l’Artois mènera des enquêtes de perception de la campagne d’information des populations autour des sites Seveso et des actions de sensibilisation et d’accompagnement dans les établissements scolaires (écoles et collèges) ainsi que dans les mairies.

Monsieur FIRRINGERI demande aux représentants de la commune de Wingles si les documents d’information ont bien été distribués aux résidents situés dans la zone PPI ’

Monsieur HOUILLIEZ, 1er adjoint au Maire de la ville de Wingles confirme que les documents d’information ont bien été distribué dans la zone concernée par un PPI. Par ailleurs, cette communication a été relayée dans le bulletin municipal notamment pour informer la population située en dehors de la zone PPI (l’ensemble des supports de communication sont téléchargeables sur le site www.faceauxrisques.fr).

Monsieur RAFFY suggère de continuer à mener des actions de sensibilisation en associant les industriels, les communes et le S3PI et d’avertir la population, par le biais d’un autre bulletin municipal, que les guides ont été distribués dans une zone restreinte susceptible de faire l’objet d’un risque d’incendie ou d’explosion.

Monsieur RAFFY demande aux autres membres de la commission s’ils ont des observations à faire sur le bilan d’activité présenté par INEOS STYROLUTION.

Globalement, les membres de la CSS n’ont pas formulé d’observations sur le site.

Monsieur DELAHAYE, représentant l’association « chlorophylle environnement » et qui a travaillé pendant plus de 30 ans en tant que chauffeur livreur sur le site d’INEOS STYROLUTION précise que le site est extrêmement bien tenu et reste particulièrement vigilant aux aspects « sécurité ». Néanmoins, il a déjà été témoin de certaines imprudences (excès de vitesse sur site) de chauffeurs étrangers.

M.BRES certifie qu’aujourd’hui, les excès de vitesse sont impossibles sur le site du fait de la présence d’une signalétique appropriée (panneaux de limitation de vitesse, stop…) et de la réalisation de contrôles qui n’ont jamais révélé de non-conformité sur ce sujet.

Monsieur DEBREU, représentant des riverains de Wingles, souligne également que le site est extrêmement exigeant en matière de sécurité et que cela est plutôt de nature à rassurer les riverains.

Monsieur RAFFY remercie l’ensemble des participants et clôt la séance.

Fin de séance.

Toute correspondance concernant ce compte-rendu est à adresser au Président de la CSS à l’adresse de son secrétariat :

S3PI de l’Artois

Centre Jean Monnet

Avenue de Paris

62400 BETHUNE

Pour le Préfet,

Monsieur le Sous-Préfet de Lens,

Jean-François RAFFY