CR CSS CRODA SAS du 24/06/2016

S3PI de l’Artois Béthune

vendredi 24 juin 2016

Présentation du bilan annuel de la société CRODA CHOCQUES SAS pour l’année 2015

Présentation du diaporama par M. KHOURY, Directeur de l’établissement.

Diapositive 2 : rappel de l’ordre du jour de la présentation.

Risques technologiques

Diapositive 4 (référentiels & certifications) : la nouveauté par rapport à l’année dernière concerne la qualité ; l’établissement a obtenu, en octobre 2015, la certification EXCiPACT ; cette certification supplémentaire (le site est certifié EffCI notamment pour les produits cosmétiques) vise à renforcer l’image qualité de l’établissement vis-à-vis des secteurs de la pharmaceutique et de la cosmétique.

Diapositive 6 (EDD et PPRT) : concernant l’étude de dangers, un travail de fond a été mené conjointement avec la DREAL, le cabinet d’ingénierie spécialisé et le tiers expert (INERIS). Ce dernier a mis en évidence la nécessité d’une étude supplémentaire, remise en octobre 2015. La restitution des résultats de cette ingénierie a été faite avec les services de la DREAL le 19 mai 2016. CRODA s’attend à recevoir prochainement, le rapport de donner acte de l’étude de dangers. Ce document comprend l’analyse de plus de 50 scénarios (avec des effets de surpression, thermiques et toxiques) reprenant l’ensemble des phénomènes dangereux susceptibles de survenir sur le site et évaluant, par des modélisations, leurs zones d’effets impactant ou non l’urbanisme autour du site. Une fois l’étude de dangers approuvée, la démarche PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques) pourra être poursuivie.

Diapositive 8 : 4 visites d’inspection ont été menées en 2015 :

  • une visite d’inspection renforcée de la DREAL a été menée le 12/03/2015 sur la thématique de protection contre la foudre et les dispositions relatives au système de gestion de la sécurité (SGS). Cette inspection n’a relevé aucune non-conformité sur le SGS. L’inspection a toutefois demandé de mettre à jour l’analyse du risque foudre présentée le jour de l’inspection pour prendre en compte les dernières prescriptions réglementaires. Ceci a donc été revu à l’aide de l’APAVE, cabinet spécialisé sur le risque foudre. L’analyse du risque foudre mise à jour a été envoyée à la DREAL début 2016.
  • une visite d’inspection de la DREAL a été menée le 15/04/2015 sur la thématique du plan de modernisation des installations (PM2I). Aucune non-conformité n’a été constatée suite à cette inspection.
  • Une visite d’inspection de la DREAL a été menée le 28/05/2015 sur la thématique de la surveillance du site après un épisode de nuisance olfactive (traité à la réunion de CSS du 09/06/2015) qui a conduit à un rapport détaillé de l’incident. Aucune non-conformité n’a été constatée suite à cette inspection.
  • Une visite d’inspection de la DREAL a été menée conjointement avec un représentant du SDIS et de la police nationale, le 26/11/2015, sur la thématique de la Sûreté des sites « Seveso ». Aucune non-conformité n’a été constatée. Des recommandations ont été transmises à CRODA.
  • Un contrôle inopiné de la station d’épuration (STEP) a eu lieu le 14/08/2015. Aucune non-conformité n’a été relevée notamment sur les rejets de la STEP.

À la demande de Monsieur le Sous-Préfet de Béthune, la parole est donnée à Monsieur HOCHEDEZ, inspecteur de la DREAL en charge du site de CRODA pour faire un point d’avancement sur la démarche PPRT et ses échéances.

Monsieur HOCHEDEZ confirme la réception de la nouvelle version de l’étude de dangers qui est en cours d’instruction par la DREAL. L’objectif est d’aboutir assez rapidement au donner acte de l’étude de dangers pour figer la liste des phénomènes dangereux susceptibles d’intervenir sur le site. La démarche PPRT sera relancée dès l’obtention du donner acte de l’étude de dangers. La stratégie du site CRODA devrait pouvoir être présentée aux Personnes et Organismes Associés (POA) avant la fin de l’année 2016.

Monsieur HONORE, Sous-Préfet de Béthune, rappelle que le ministère de l’environnement souhaite que l’ensemble des sites « SEVESO » aient clôturé leur PPRT avant la fin 2016. Pour mémoire, il reste 2 PPRT en cours d’approbation dans le département : PRIMAGAZ à Dainville et CRODA à CHOCQUES.

Diapositive 11 (exercices POI/exercices) : le personnel qui assure la 2nd intervention (5 équipes) suit une formation au centre de formation du« GESIP » à VERNON notamment pour la mise en œuvre pratique des moyens de lutte contre l’incendie.

Ainsi, en 2015, il y a eu :

  • 5 équipiers formés sur les risques chimiques (niveau 1) ;
  • 7 équipiers formés sur les risques chimiques (niveau 2) ;
  • 3 équipiers formés sur les risques toxiques.

Sur site, 2 types d’exercices pratiques sont réalisés :

  • 1 exercice annuel avec mise en œuvre opérationnelle du POI avec la participation des pompiers (à faire tous les 2 ans avec le SDIS)
  • mise en place du Poste de Commandement ;
  • utilisation des moyens de lutte contre le feu.

L’exercice a eu lieu le 13 janvier 2016.

  • Formation continue des 5 équipes de 2ème intervention de l’usine : 20 exercices ont eu lieu en 2015.
  • chaque équipe participe à 4 manœuvres par an
  • les exercices mettent en œuvre les scénarios du POI (l’aspect sûreté est également envisagé)

Le but des exercices est de réduire le temps d’intervention pour qu’il soit le plus court possible.

Diapositive 13 à 17 : Exercice en configuration réelle

1- Recherche de victime en milieu enfumé

L’objectif de l’exercice est d’habituer les équipes d’intervention à travailler en milieu sombre en les recyclant au port de l’appareil respiratoire isolant (ARI) et en faisant le suivi de l’autonomie en air du binôme.

2- Feu au sein d’une cuvette de rétention

L’objectif est de s’exercer à éteindre un feu de bac au moyen d’émulseurs présents sur le site.

3-Gestion d’une pollution.

L’objectif est d’empêcher l’épandage du produit chimique dans l’environnement (vérification des moyens d’étanchéité)

4- Fuite d’oxyde au niveau de la vanne de fond d’un wagon (exercice POI du 13/01/2016 avec le SDIS)

Les 2 principaux retours d’expérience ont conduit aux actions suivantes :

  • la mise en place de plots lumineux pour guider les pompiers ;
  • le doublement de la pompe de relevage des caniveaux de la zone de dépotage des wagons afin de fiabiliser la gestion des effluents.

Chaque scénario choisi permet d’entraîner les équipiers sur la façon d’optimiser les temps d’intervention.

Bilan environnemental 2015

Présentation par M. PERET, Ingénieur environnement.

Diapositive 19 et 20 : les effluents liquides

La gestion des effluents liquides du site est gérée en interne, depuis la réappropriation par Croda en 2014 de l’exploitation de la station d’épuration construite en 2011. Grâce notamment aux compétences humaines, CRODA a réalisé une marche importante d’amélioration du rendement de la station d’épuration sans modifications techniques. Ces rendements élevés sont stables depuis 2014 :

  • 85 % sur le biologique (outil lui-même) ;
  • 97 % avec le traitement final avec du charbon actif (rendement complémentaire avant rejet dans la « Calonette », affluent de la « Clarence »)

Des points de recherche et d’amélioration sur la gestion de ces effluents sont toujours en cours d’étude.

La station d’épuration est gérée 24h/24 par une supervision capable de contrôler à distance l’ensemble des paramètres. Cette thématique environnement est gérée par 3 personnes.

La station traite en moyenne 440 m3 d’effluents liquides par jour avec des fortes variations dues aux fortes pluies.

La station d’épuration gère, en tant que charges entrantes, des volumes stables d’eaux de lavage liées aux activités industrielles. Tout en stabilisant les paramètres en sortie de station, CRODA a réussi à diminuer de 5 % la consommation énergétique du site et de 25 % la consommation de charbon actif (bilan environnemental positif) intervenant en fin de traitement.

En 2015, le site ne déclare aucune non-conformité tant sur les débits que sur les concentrations des effluents.

En 2016, le site a été contraint, suite aux forts épisodes de pluviométrie des 30 et 31 mai, de dépasser le volume journalier autorisé de 600m3 de rejet d’eau de pluie par arrêté préfectoral.

Diapositive 20 (bis) : détection olfactive du 02/05/2015

Croda a détecté la présence accidentelle de sulfure d’hydrogène (H2S). Ce gaz odorant a été émis à la suite de l’orientation inappropriée d’effluents chargés vers la station d’épuration du site. A ce niveau, ces effluents se sont ensuite dégradés par manque d’oxygène. Le seuil de détection olfactive de 0,0005 à 0,13 ppm, se situe très en deçà de la valeur limite d’exposition de 10 ppm. Cet épisode n’a présenté aucun risque sanitaire, même au voisinage de l’installation.

Croda a travaillé de façon préventive à différents aspects :

  • modification de la zone et des consignes opératoires ;
  • information du phénomène aux personnes concernées ;
  • mise en place d’une mesure permanente du sulfure d’hydrogène (H2S) à l’endroit précis où il avait été détecté ;
  • lancement d’une prestation spécifique par un bureau d’études sur l’aération amont de leurs bassins qui permettrait de casser une éventuelle réaction accidentelle du même type.

Diapositive 21 : l’eau réfrigérée

Croda a une tour aéroréfrigérante (TAR) sur le site qui fait l’objet d’un suivi réglementaire de concentration de Legionella Pneumophila qui ne doit pas dépasser 1 000 unité formant colonies par litre d’eau (UFC/L) dans l’eau du circuit, en amont de la dispersion.

Sur 13 analyses en 2015, Croda a enregistré 2 dépassements à 1800 et 1200 UFC/L et a mis en place des actions curatives et correctives (désinfection de l’eau du circuit de la TAR), après en avoir informé la DREAL selon les procédures en vigueur.

Ces actions ont permis, après nouvelle analyse, d’atteindre une concentration en Legionella Pneumophila nettement inférieure à 1000 UFC/L dans l’eau du circuit et donc de reprendre de l’exploitation de la TAR.

En septembre 2015, Croda a profité de l’arrêt technique de la TAR pour vidanger et nettoyer l’ensemble des circuits de la TAR et des séparateurs de gouttelettes.

Diapositive 22 : les effluents gazeux

Le traitement des effluents gazeux est prescrit par arrêté préfectoral. Celui-ci est réalisé par une tour de lavage (scrubber) qui permet d’abattre les gaz d’oxyde d’éthylène et de propylène et de collecter, in fine , des déchets en phase liquide qui seront éliminés en centre de traitement agréé à l’extérieur du site.

Les mesures réalisées le 15/01/2016 pendant le dépotage complet d’un wagon d’oxyde d’éthylène et de propylène (phases majorantes) ont montré une efficacité du scrubber de 99,9 %.

En conséquence, Croda prévoit la construction d’une deuxième tour de lavage utilisant la même technologie pour la ligne de réaction K68, ce qui correspond à un investissement conséquent de l’ordre de 2 millions d’euros.

Diapositive 23 et 24 : gestion des déchets

3100 tonnes de déchets en 2015 soit environ 100 tonnes de plus que la base moyenne annuelle relevée depuis 5 ans. Cela correspond notamment aux déchets de gravats liés aux travaux réalisés depuis le début de l’année 2015.

  • 50 % de ces 3100 tonnes de déchets sont réutilisés : par exemple, tous les déchets verts sont dorénavant réutilisés, en tant que matière, sur site après broyage (paillage et réduction des produits phytosanitaires) ;
  • 33 % des déchets sont valorisés énergétiquement (résidus liquides) mais cette technique doit faire face actuellement à la concurrence des énergies primaires (coûts du pétrole, gaz, charbon plus faibles...) ;
  • 14 % des déchets sont incinérés ;
  • 5,3 % des déchets sont enfouis.

Les 1120 tonnes de résidus liquides et les 476 tonnes de terres de filtration partent pour être réutilisés en cimenterie.

Croda souhaite mettre en place 2 pilotes en 2016 :

– pour diminuer de 50 % la quantité de déchets d’eaux de lavage mis en destruction (274 tonnes) ;

– pour améliorer la qualité du charbon actif utilisé par la station d’épuration (177 tonnes en 2015) qui permettra de réduire de 10 à 20 % la consommation de ce charbon actif.

Diapositive 25 : l’établissement s’est également positionné en faveur de la biodiversité en installant 3 ruches sur le site, avec l’aide et l’appui d’un apiculteur sur une zone naturelle entre l’établissement et le bois de Lapugnoy. Cette installation permet de récolter environ 80 kg de miel qui ont été partagés entre les salariés.

Diapositive 26 et 27 : Maîtrise de l’énergie et des ressources

Le site consomme 3 sources d’énergie à savoir :

  • du gaz (16 % en 2015, dans une chaudière visant à produire de la vapeur) ;
  • de la vapeur en tant que telle (64 % du total énérgétique en 2015 représentant environ 80 % de la vapeur nécessaire au site et provenant de l’UIOM de Labeuvrière)
  • et de l’électricité (19 % en 2015) qui représente 40 % de la facture énergétique du site.

Une équipe pluridisciplinaire a été réunie pour rassembler des idées et des bonnes pratiques en ce concentrant sur 3 axes : la technique, le management opérationnel et le comportement.

Le groupe de travail, qui a déjà atteint son objectif de diminution de 5 % de 2010 à 2015 du total de la consommation énergétique du site, cherche également à réduire le coût de la consommation spécifique en vu de remplacer par exemple la consommation électrique par une autre source d’énergie.

Croda travaille également à la diminution de la consommation des ressources telles que l’azote utilisé comme gaz neutralisant (baisse de 10 % de la consommation d’azote de 2015 par rapport à 2014).

Croda a mis en service début 2016 une nouvelle chaufferie qui permet de produire plus efficacement de la vapeur. Cela correspond à un investissement de 2,7 millions d’euros.

Reprise de la présentation par M. KHOURY

Diapositive 29 : bilan HSE de l’année 2015. Le site enregistre 3 accidents avec arrêt en 2015 tous liés à des déplacements ; un accident est survenu lors d’une formation au Gesip (entorse de la cheville) et les 2 autres dans un atelier spécifique. Croda s’emploie à travailler sur la prévention pour réduire ce type d’accident.

Aucun accident sans arrêt et de trajet n’a été déclaré en 2015.

Croda enregistre une baisse des blessures mineures en 2015 (4 blessures déclarées contre 11 en 2014).

Croda a modifié le système de déclaration des presqu’accidents en 2015 (21 déclarations en 2015) pour maximiser les remontées des presqu’accidents afin de prévenir et d’éviter les accidents plus graves.

Diapositive 30 : Concernant la gestion des entreprises extérieures, on constate en 2015 une augmentation des plans de prévention (111), des accueils « sécurité » (505), des audits d’autorisation de travail (62) et des autorisations de travail émises (2687). Ces augmentations sont liées aux nouvelles installations en construction sur le site (nouvelle chaudière…). L’audit des autorisations de travail consiste à valider le respect des conditions de travail préconisées par CRODA auprès des intervenants extérieurs.

Diapositive 31 : Principaux investissements en 2015

Croda a investi 3 124 k€ dédiés à la sécurité et à l’environnement en 2015, notamment pour l’optimisation énergétique du site (1 900k€ sont dépensés pour le remplacement de la chaudière).

Diapositive 32 et 33 : Réalisations 2015

Croda a annoncé :

  • la création de nouveaux emplois (passage de 148 à 168 personnes sur les 3 dernières années) qui correspondent, entre autres, au lancement de la nouvelle ligne de production ;
  • le renforcement de la surveillance du site (Vidéosurveillance, gardiennage, rondes) dès l’été 2015 ;
  • la mise en place, à la demande de la mairie, d’une barrière forestière pour la restriction des accès indésirables ;
  • la mise en place en 2015 du nouveau pont qui permet notamment d’améliorer l’accès au site et de réduire les nuisances liées au bruit aux abords du site (crissement des pneus des poids lourds) ;
  • L’amélioration de la signalisation aux abord du site comme la mise en place de panneaux de limitation de la vitesse à 30 km/h et 20 Km/h à l’entrée et la sortie du site.

Diapositive 34 : Faits notables et perspectives 2016

La nouvelle chaufferie a démarré (20 tonnes de vapeur sous 30 bars). Les mesures sont en cours pour évaluer les performances (gain sur la consommation en gaz naturel et donc diminution des rejets en CO2 et NOx).

La nouvelle ligne de production (K68) est en construction pour un démarrage prévu au dernier trimestre 2016.

Croda poursuit le plan de réhabilitation des bâtiments (remplacement des toitures en amiante).

Croda est en cours de finalisation du dossier de demande de reconnaissance du Service Inspection (SIR).

M. HONORE remercie l’exploitant pour la clarté de sa présentation.

Les représentants des communes et des riverains ont témoigné de l’excellent travail qui a été réalisé par la Direction de Croda.

M. HONORE conclut la réunion en félicitant l’exploitant pour le travail qui a été accompli.

Fin de séance

M. Le Sous-préfet de Béthune

Nicolas HONORE

Toute correspondance concernant ce compte-rendu est à adresser au Président de la CSS à l’adresse de son secrétariat :

S3PI de l’Artois

Centre Jean Monnet

Avenue de Paris

62400 BETHUNE